La conquête idéologique (II)

4007 1556

Les effets des défis que doivent relever la culture islamique :
-La diabolisation de l’Islam et les provocations visant à jeter le doute dans les esprits concernant le Noble Coran, la Sunna prophétique, le dogme islamique et la Charia ; c’est ce qui se passe actuellement avec cette tentative de prouver que l’Islam est porteur de terrorisme, nous avons là l’un des aspects de cette agression idéologique.
-La division des musulmans, la destruction de l’unité islamique et l’appel aux divers nationalismes. Avant le lien qui unissait les peuples musulmans était le lien islamique, mais l’Occident a peu à peu incité ces derniers à appeler au nationalisme. Ainsi, les Arabes appelèrent au nationalisme arabe, les Turcs au nationalisme turc ou les Kurdes au nationalisme kurde, et par ce processus le seul lien qui unissait ces divers peuples a commencé à se disloquer ; par ailleurs, cette invitation au nationalisme accentua encore l’affaiblissement du califat turc ottoman puis finit par le détruire. Les tenants de cet appel à l’égarement s’y sont noyés lorsqu’ils ont voulu faire renaître les anciennes civilisations, accentuant ainsi les divisions et les divergences, nous vîmes donc les revivifications des cultures pharaonique, babylonienne, assyrienne, etc.
L’Islam encourage au nationalisme réel et au patriotisme fondé sur une entraide dans l’accomplissement des bonnes œuvres et de la piété ; Allah, exalté soit-Il, dit : « Entraidez-vous dans l’accomplissement des bonnes œuvres et de la piété » (Coran 5/2), et il (l’Islam) combat les solidarités ethniques et les chauvinismes dignes de la Djâhiliyya qui sont une négation de l’unité des musulmans ; à ce propos, le Prophète () a dit : « Celui qui meurt sous l’étendard de la vanité, qui appelait au chauvinisme ou le défendait, est mort en état d’ignorance » (Mouslim).
Il est nécessaire qu’aucun nationalisme ou patriotisme ne vienne s’opposer à l’unité islamique ou la remplacer, il doit au contraire servir à unifier les musulmans, par le passé les Arabes n’ont pu s’unir que grâce à l’Islam, Allah, exalté soit-Il, les a rendus puissants en descendant sur eux le Noble Coran qui était dans leur langue, à ce propos ‘Umar, qu’Allah soit satisfait de lui, a dit : « Nous sommes un peuple qu’Allah a rendu puissant grâce à l’Islam, si nous désirons obtenir la puissance sans cette religion, Allah nous humiliera ». Le vrai lien qui relie les musulmans est le lien du dogme islamique authentique et tous les autres liens ne sont que des branches de ce tronc solide, à l’instar des liens de voisinage, de parenté, tribaux ou patriotiques.
-L’ignorance de l’Islam, de ses préceptes et de ses règles dans de nombreux pays musulmans ainsi que la diffusion des innovations religieuses blâmables (bid’a-s), des superstitions, des idées laïques ou encore des sectes musulmanes égarées comme la Qâdiâniyya, le Bahaïsme ou les groupes takfiristes extrémistes.
-La défaite psychologique chez certains musulmans, la déstabilisation de leurs fondamentaux religieux et culturels et la naissance d’une nouvelle classe d’individus cultivés, occidentalisés et fascinés par l’Occident et sa culture.
-La généralisation des dialectes locaux et l’affaiblissement de la langue arabe, laquelle fut choisie par Allah, exalté soit-Il, pour Son Livre : « Nous l’avons fait descendre, un Coran en [langue] arabe, afin que vous raisonniez » (Coran 12/2).
-L’éloignement de la Charia du pouvoir et l’encouragement à la laïcité dans les pays musulmans, pour mener à bien ces deux choses les mécréants font beaucoup d’efforts et dépensent beaucoup d’argent, ils ont convaincu et convainquent de nombreux dirigeants musulmans à suivre ce programme funeste.
-L’affaiblissement et la destruction de l’enseignement en général et de l’enseignement islamique en particulier ainsi que des écoles coraniques, et dans le même temps l’appel à un enseignement laïc et mixte.
-La corruption de la femme : les Occidents se concentrent particulièrement sur ce dernier projet, car la corruption de la femme aboutit à la corruption des enfants et des maris, ils veulent lui enlever son hijab et lui rendent attrayant le fait de se rebeller contre sa religion, et ce, par divers moyens, ils prétendent en outre que la femme musulmane ne se modernisera et n’évoluera que si elle suit le chemin déjà empruntée par la femme en Europe. En guise de conclusion voici les paroles de notre Seigneur : « Ô les croyants ! Si vous obéissez à un groupe de ceux auxquels on a donné le Livre, il vous rendra mécréants après que vous ayez eu la foi » (Coran 3/100) ; ou encore : « Ni les juifs, ni les chrétiens ne seront jamais satisfaits de toi, jusqu’à ce que tu suives leur religion » (Coran 2/120).

Articles en relation