L'Islam et les soins prodigués à l'orphelin

909 76

 

L'Islam et les soins prodigués à l'orphelin

Les enfants d'aujourd'hui sont les piliers de la société future. Ils sont les hommes de l’avenir ; et plus on déploiera d’efforts pour les éduquer, plus la nation  gagnera en prestige et en puissance ; en revanche, plus on les négligera, plus ils seront  dévoyés et, par voie de conséquence, la nation se verra affaiblie du fait que les forces censées la diriger,  seront incompétentes et déséquilibrées.

Un orphelin est un enfant qui a perdu son père, autrement dit il a perdu celui qui prend soin de lui et la source de tendresse censée le rendre fort et épanoui. Avec la mort de son père, il perd cette force et se retrouve aux prises avec  la tristesse,  la désorientation et la privation. Comme il a besoin des soins de quelqu'un de tendre et d’affectueux pour le sauver de sa solitude et  le distraire! Comme il a besoin de la sage Législation divine et de Sa magnanime recommandation pour que sa propre personne et ses biens soient protégés !  Comme elles sont indispensables pour le préparer à être un  homme responsable et actif qui  refuse d'être  à la charge  de ses semblables ou de sa communauté ou encore d’être source de maux  préjudiciable aux autres enfants.

 C’est pour cela que l'Islam accorde autant d’importance aux orphelins tant au niveau du Coran que de la Sunna et qu’il incite à les éduquer et à protéger leur personne et leurs biens. Depuis le début de la révélation du noble Coran jusqu'à ce qu'Allah ait parachevé pour les croyants Sa religion et Sa législation, le Coran n’a cessé de prendre soin des orphelins. En effet, quand la Révélation  s’interrompit à la Mecque pour une longue période et que le Prophète ()  crut  à une exécration divine,  celle-ci reprit son cours normal, apaisant ainsi ses craintes. Par la Révélation, Allah rappela à Son Messager qu'Il avait pris soin de lui, avant même qu'il n'ait été prophète et  au moment où il avait le plus besoin de la tendresse parentale dont il avait été privé. Allah, le Très Haut, lui dit (sens du verset) : «Ne t’a-t-Il pas trouvé orphelin? Alors Il t’a accueilli!» (Coran 93/ 6) Puis, Il lui demanda de remercier la faveur d'Allah en faisant de même, c'est- à- dire d'être  affectueux et bienfaisant envers les orphelins. «Quant à l’orphelin, donc, ne le maltraite pas.» (Coran93/ 9).

Toujours dans les sourates mecquoises, Allah, exalté soit- Il, considère la négligence et le mauvais traitement des orphelins comme le fait de traiter de mensonge le Jour du Jugement dernier. Allah dit (sens de verset):

«Vois-tu celui qui traite de mensonge la Rétribution? C’est bien lui qui repousse l’orphelin» (Coran 107/ 1- 2)

Etant un des dix Commandements divins qu’aucune religion n’a abrogés, cette recommandation qu'Allah avance en faveur de l'orphelin est placée au même niveau que la foi en Lui. Allah le Très-Haut dit (sens de verset): «Dis: «Venez, je vais réciter ce que votre Seigneur vous a interdit : ne Lui associez rien; […] Et ne vous approchez des biens de l’orphelin que de la plus belle manière, jusqu’à ce qu’il ait atteint sa majorité» (Coran 9/ 151- 152)

En effet, les gens se trouvaient perplexes vis-à-vis des recommandations mecquoises en faveur des orphelins. Devaient-ils les laisser libres, alors qu’ils risquaient de se laisser aller à la corruption? Fallait-il les séparer de leurs enfants, concernant le manger et le boire, les exposant ainsi à l’humiliation? Ou devaient-ils les intégrer à leurs familles même au prix d’entamer une partie de leurs biens? Ils ne savaient plus quoi faire.

Comme leurs âmes ployaient sous le fardeau d’une telle responsabilité, vint la délivrance avec la révélation du verset suivant (sens de verset): «Et ils t’interrogent au sujet des orphelins. Dis: «Leur faire du bien est la meilleure action. Si vous vous mêlez à eux, ce sont alors vos frères [en religion]. Allah distingue celui qui sème le désordre de celui qui fait le bien.» (Coran 2/ 220).

Allah leur fit comprendre qu'il fallait  maintenir les relations  avec les orphelins tout en étant juste avec eux et en les réformant, et ce, conformément aux exigences de la fraternité humaine et religieuse ainsi que celles des liens de la parenté.

Ensuite, fut révélée la sourate al- Nisâ' (les femmes) qui porte un grand intérêt aux orphelins dans tout ce qui les concerne. En guise de préambule à cet intérêt, Allah appelle à la piété et à la préservation des liens de la parenté et  rappelle que tous les humains sont issus d'une même âme. Dès lors, même si un orphelin n'est pas de votre famille, il est considéré comme votre frère ou votre proche. Acquittez-vous donc des droits de cette fraternité, préservez son argent et redressez sa morale. Ne vous avisez jamais de le négliger, ni de lui laisser une liberté sans limites. A ce propos, Allah, exalté soit- Il, dit (sens de versets):

«Et donnez aux orphelins leurs biens; n’y substituez pas le mauvais au bon. Ne mangez pas leurs biens avec les vôtres: c’est vraiment un grand péché.» (Coran 4/ 2)

«Et éprouvez (la capacité) des orphelins jusqu’à ce qu’ils atteignent (l’aptitude) au mariage; et si vous ressentez en eux une bonne conduite, remettez-leur leurs biens. Ne les utilisez pas (dans votre intérêt) avec gaspillage et dissipation, avant qu’ils ne grandissent. Quiconque est aisé, qu’il s’abstienne d’en prendre lui-même. S’il est pauvre, alors qu’il en utilise raisonnablement: et lorsque vous leur remettez leurs biens, prenez des témoins à leur encontre. Mais Allah suffit pour observer et compter.» (Coran 4/6)

Voilà une partie des recommandations que le Coran cite en faveur des orphelins concernant le fait de les éduquer et de sauvegarder leurs biens. Dans la Sunna, beaucoup de récits affirment le haut rang qu'occupe celui qui prend un orphelin en charge et qui sauvegarde ses droits. En fait, celui qui prend un orphelin en charge, prend soin de lui tout en appliquant les recommandations d'Allah à son propos, sera le compagnon du Prophète () au Paradis. Cette personne jouira des délices du Paradis en récompense du bon traitement et des soins généreux qu'il avait octroyés à l'orphelin. Le Messager d'Allah, , a dit: «Celui qui subvient aux besoins de trois orphelins est semblable à celui qui passe la nuit en prières, qui jeûne le jour et qui  brandit son épée pour la cause d'Allah. Nous serons lui et moi au Paradis tels des frères, tout comme ceux-ci.» Et en prononçant ces paroles, il ()  joignit l’index et le majeur. «La meilleure des maisons musulmanes est celle où l’on héberge un orphelin et où on le traite avec bonté ; en revanche, la pire des maisons  musulmanes est celle où  on héberge un orphelin et où  on le maltraite»

Quant à cette femme qui, ayant perdu son mari, renonce à se remarier malgré sa richesse et sa beauté, pour se consacrer à  ses enfants  désormais orphelins, à  mesure qu’elle  leur prodigue ses soins, sa beauté se fane. C’est que dans son application constante et soutenue à s’occuper d’eux, elle n'a plus de temps de s'intéresser à elle-même, ni à sa beauté. Le rang qu'occupera cette femme est bien défini par le Hadith suivant: «Une femme ayant perdu ses couleurs et moi-même serons au Paradis, tels des frère et sœur, tout comme ceux-ci.» Et ce disant, il joignit l’index et le majeur. Il voulait dire qu'une femme ayant perdu sa beauté à cause de sa fatigue sera, au Paradis, avec le Messager d'Allah, côte à côte.

Ce qui précède renferme les renseignements divins et prophétiques susceptibles de sauvegarder les petits enfants considérés comme les  fondements de la société islamique et l’assise grâce à laquelle elle pourrait s’élever et prospérer. Nous appelons les oncles et les tuteurs des orphelins à craindre Allah, exalté soit-Il, en prenant les orphelins en charge. Sachez que les méfaits de la négligence des orphelins ne porteront pas atteinte aux orphelins uniquement mais à la communauté toute entière laquelle sera atteinte de faiblesse, de décadence, d'humiliation et de destruction. La pire des maisons est -comme le disait le Prophète-  celle qui accueille  des orphelins qui y sont négligés si bien que leurs mœurs se dévoient. En effet, leur relation avec leur Créateur étant rompue,  ils seront de faibles piliers de leur société, laquelle se dégradera et s’anéantira.

 Les temps changent et les gens livrent le combat de la vie, un combat avec des hauts et des bas  auxquels nul n’échappe excepté ceux qui jouissent de la miséricorde d'Allah autrement dit, ceux qui Lui obéissent et exécutent Ses ordres. Aussi quiconque  est chargé d'un orphelin, doit-il se rappeler qu'Allah le Très Haut est jaloux vis-à-vis des orphelins. Il doit se rappeler que le malheur qui accable ces enfants- la perte de leur père- peut  accabler ses propres enfants. Allah le Très Haut dit (sens de versets):

«Que la crainte saisisse ceux qui laisseraient après eux une descendance faible, et qui seraient inquiets à leur sujet; qu’ils redoutent donc Allah et qu’ils prononcent des paroles justes. Ceux qui mangent [disposent] injustement des biens des orphelins ne font que manger du feu dans leur ventre. Ils brûleront bientôt dans les flammes de l’Enfer.» (Coran4/ 9- 10).     

Source : le site arabe d’islamweb

Articles en relation